Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/06/2006

INFORMATIONS sur les E.I.P.: Qui est-il ?

Un E.I.P., ou enfant intellectuellement précoce, présente un âge mental de 2 à 7 ans supérieur

à celui de son âge réel.

Tout enfant est unique. Il n’y a pas pas de profil type, seulement des caractéristiques communes.

Selon les tests spécifiques menés par un psychologue agréé, un enfant précoce présente un Q.I. supérieur à 125-130.

Avance de développement

• Marche avant 1 an

• Langage avant 2 ans avec des phrases correctement formulées (pas de parler bébé)

• Vocabulaire riche, syntaxe précise, raisonnement imparable face aux adultes

Logique rapide

• Il analyse et synthétise les informations par association d’idées, comparaison de faits et extrapolations, accélérées par son esprit critique.

• Il a une excellente mémoire (surtout pour un sujet qui l’intéresse).

• Il aime les jeux compliqués et refait leurs règles à son idée.

Forte réactivité émotionnelle

• Il observe le monde des adultes et ses difficultés (famille, maladie, injustice, guerre…)

• Il réagit aux manifestations de l’environnement extérieur (pollution, tendances, technologies…).

• Il a un grand sens de l’humour et de la dérision qui surprend beaucoup son entourage.

Curiosité insatiable

Il s’intéresse à des sujets qui ne semblent pas de son âge.

• construction de l’univers (astronomie, géologie, mathématiques)

• questions métaphysiques (religions, mort, réincarnation, limites de la vie ou du temps)

• évolution des civilisations (mythologie, égyptologie, archéologie)

Ses centres d’intérêts changent souvent et sont donc très diversifiés.

Points faibles

• Malgré ses aptitudes, l’enfant précoce se comporte souvent comme un petit, par besoin

d’être rassuré et aimé. Sa peur d’être abandonné vient de sa conscience aiguë d’être différent. Son sommeil est souvent agité, c’est un petit dormeur.

• Il a du mal à s’intégrer dans un groupe d’enfants de son âge. Il s’adresse de préférence aux ados ou adultes, sinon il se replie sur lui-même.

• Il fait vite le tour d’un sujet qu’il croît maîtriser et s’ennuie très rapidement, surtout à l’école. C’est ainsi qu’il bâcle ses devoirs. Il veut lire avant l’entrée au C.P. et apprend souvent seul.

• Il semble maladroit et lent dans les tâches quotidiennes et répétitives (tombe facilement, lâche tout, n’est pas “manuel”). Il présente des problèmes de graphisme (écriture ou dessin).

Vous pensez reconnaître votre enfant dans plusieurs des propositions précédentes, faut-il lui faire passer les tests de Q.I.?

INFORMATIONS SUR LES E.I.P.: Pourquoi des tests ?

Plus tôt le diagnostic de précocité est posé, plus l’enfant précoce a une chance de progresser avec harmonie. Cela évite à l’enfant comme à ses parents des souffrances morales et le sentiment d’incompréhension.

• Pour les enfants de 4 à 6 ans le WPPSI

• Pour les enfants de 6 à 16 ans le WISC III

• Pour les adultes le WAIS

Ces tests sont constitués de 10 sous-tests, répartis en 2 catégories:

Verbaux: compréhension et acquisitions verbales, connaissance de la langue (ex: trouver le mot intrus dans une liste -maison, demeure, niche, château: la niche n’est pas un habitat humain-).

Performances: capacité d’observation, d’attention et d’apprentissage et capacité à l’organisation dans l’espace et le temps. Tests de mémoire (lire 1, 4, 8, 6,3 et réciter à l’envers), tests de construction (reconstituer une image à partir de pièces).

On obtient un QI verbal et un QI performance. Le QI global est la synthèse de deux autres.

Ces tests sont étalonnés tous les 10 ans, car le niveau intellectuel des générations va en augmentant.

Ces tests servent à situer les performances de l’enfant précoce pour dire s’il est en avance de 2, 3 ou 4 ans par rapport à un enfant du même âge.

Exemple: si un enfant de 10 ans a un QI de 150, ses résultats aux tests sont les mêmes qu’un enfant moyen de 15 ans (10x150/100).

Le psychologue référent analyse chaque sous-test pour commenter avec pertinence le résultat global qu’il communique dans un compte-rendu détaillé.

Un enfant est considéré comme précoce à partir de 120/130. Ce résultat s’adapte au milieu social de l’enfant (un QI de 120 chez un enfant d’ouvrier correspond d’après des études réalisées à un QI de 140 chez un enfant de cadre supérieur).

Le QI n’est pas le seul indicateur de la précocité, il peut être complété par des tests de personnalité et un bilan psychomoteur.

S’il détecte un Q.I. supérieur à 120/130, le test psychologique rassure l’enfant et ses parents qui comprennent pourquoi il n’agit pas comme d’autres. L’enfant précoce croit souvent qu’il est fou, voire extra-terrestre.

Cela peut éclairer l’entourage qui qualifie parfois l’enfant précoce de turbulent, nerveux, ou hypersensible.

INFORMATIONS SUR LES E.I.P.: Au sein de l’école

Le test psychologique permet de considérer les difficultés de l’enfant précoce à l’école (dissipation, lenteur, ennui, difficulté d’intégrer le groupe, refus d’aller en classe, etc.).

Il peut aider les enseignants à élaborer une approche différente de l’enfant précoce ou proposer aux parents de sauter une ou deux classes pour l’enfant qui s’ennuie.

Expliquez à l’enfant précoce qu’il sait s’adapter aux règles communes. Il n’est pas dispensé de faire ses devoirs et de les présenter aux enseignants.

Organisez sa méthode de travail et cadrez son emploi du temps, en établissant ensemble des règles de jeu auxquelles il se tient.

Si l’enfant précoce a des lacunes en classe, un soutien extérieur sur une durée déterminée peut le faire progresser vers un objectif scolaire à atteindre.

Si l’enfant n’a pas de lacunes et s’ennuie réellement (apprentissage acquis et maîtrisé dans son niveau de classe), le saut de classe est envisageable, mais pas plus de 2 ans. L’enfant risque d’être en décalage sur le plan affectif par rapport aux autres élèves.

Imaginez un enfant d’une douzaine d’années dans une classe de seconde. Malgré ses compétences intellectuelles, ses préoccupations restent totalement divergentes: il est un enfant qui a besoin de jouer!

Les sauts de classe sont préférables en maternelle et en primaire (moyenne section de maternelle). En cas de nécessité absolue, on peut faire sauter la sixième ou la cinquième.

Une bonne scolarité en primaire prépare une bonne scolarité en secondaire.

INFORMATIONS SUR LES E.I.P.: Vivre avec un enfant précoce

Selon ses envies, nourrissez sa curiosité par des activités extra-scolaires:

• visites d’expositions, d’entreprises, sites historiques

• jeux logico-mathématiques, goûter philo, recherches sur Internet

• pratique d’une langue, d’un instrument de musique, arts plastiques

Beaucoup d’associations, les mairies, les bibliothèques, médiathèques et musées municipaux, les centres de loisirs proposent ces activités.

Conduisez-le à développer sa propre passion et non la vôtre (il aime la techno, pas vous).

Laissez-le faire en fixant vos limites, surtout si son centre d’intérêt l’ouvre au monde extérieur.

Il faut peut-être le pousser la première fois, surtout à l’adolescence. Essayez de trouver un autre enfant avec qui partager une activité commune.

Ne tombez pas dans l’excès en le surchargeant d’activités, il a besoin de rêver, de ne rien faire, ne serait-ce que pour calmer son train de pensées…

Un enfant précoce est souvent distrait par son flot continu de pensées multiples qui le freinent dans ses actions au quotidien. Sans tout faire, secondez-le pour préparer son cartable, ses vêtements pour le lendemain, levez-le un quart d’heure avant pour qu’il “prenne son temps” !

Donnez-lui une seule instruction à la fois et ramenez-le patiemment dans l’action présente dès que sa pensée l’égare.

Un E.I.P. reste un enfant qui a besoin d’un entourage familial. Il n’est ni surdoué, ni hyperactif, ni clairvoyant. Il vit plus tôt ce que d’autres connaissent plus tard selon une progression intellectuelle standard.

Cela reste difficile, mais soyez à l’écoute et aimez-le…